POLT – communiqué des parlementaires reçus le 28 janvier par le Ministre des Transports

Les parlementaires de la ligne PARIS-ORLEANS-LIMOGES-TOULOUSE seront reçus par le ministre des transports, Frédéric CUVILLIER, mardi 28 janvier 2014 à 11h, au sujet de la mise en place d’un schéma directeur infrastructure, dessertes, matériels, maintenance et sécurité, ainsi que l’affectation de rames TGV rénovées dès 2015 en remplacement des trains actuels.

Par deux courriers en juin et novembre 2013, les parlementaires (liste ci-dessous) sollicitaient une rencontre avec le ministre des transports pour évoquer la modernisation et l’avenir de la radiale historique Paris-Orléans-Limoges-Toulouse.

Depuis le colloque organisé sur cette thématique à l’Assemblée nationale en mars 2013, plusieurs faits sont intervenus rappelant la nécessité de moderniser cet axe : le rapport de la commission Mobilité 21 (juin 2013) ; le plan d’investissement d’avenir du premier ministre (9 juillet 2013) ; le triste accident de Brétigny sur Orge (12 juillet 2013) ; le grand plan de modernisation de Réseau Ferré de France (fin 2013).

Conformément au rapport Mobilité 21 et aux annonces du Premier Ministre, la rencontre portera sur deux points fondamentaux pour la modernisation de cette ligne :

– l’affectation de rames TGV rénovées en attendant la commande d’un matériel nouveau (dont les caractéristiques sont inconnues à ce jour : raccordement au réseau LGV, performances, conforts, etc. ?)

– la mise en place d’un schéma directeur national de la ligne portant sur les matériels, l’infrastructure, les dessertes et les financements, en désignant un comité de pilotage pour l’animer (comité pluraliste : Etat, SNCF, RFF, parlementaires, élus locaux, associations d’usagers, experts, etc.). Il est également à souligner que le statut national de la ligne de POLT doit être affirmé et garanti (Cf. la fiche ci-jointe pour info).

Lire la suite

14 janvier : invitée de France 24 (en anglais)- conférence de presse du Président de la République

14012013 France 24

J’étais l’invitée de France 24 pour un débat (en anglais) sur la conférence de presse du président de la République

Les vidéos sont accessibles en cliquant sur les liens ci-dessous

Partie 1 : quel statut pour la première dame ? Respect de la vie privée du Président de la République

Partie 2 : les grands axes de politique économique développés par le Président de la République

7 janvier : point d’étape du groupe du travail du PS sur la réforme fiscale

 

Au nom du groupe Fiscalité et pouvoir d’achat du Parti socialiste, Karine Berger (secrétaire nationale à l’économie) et moi-même avons présenté un point d’étape sur la note de travail concernant la réforme fiscale au Bureau national du 7 janvier. Le texte est ci-dessous.

La droite a matraqué fiscalement les Français : au cours des dernières années, la perte moyenne de pouvoir d’achat liée à la fiscalité est de l’ordre de 1000 euros par ménage. Les inégalités de pouvoir d’achat ont explosé depuis 2003, sans que la fiscalité n’ait permis d’endiguer leur progression. De nombreuses évolutions ont eu lieu depuis un an et demi : début de convergence de la taxation des revenus du capital sur ceux du travail, rétablissement de l’ISF, abaissement du plafond des niches sur l’impôt sur le revenu. Il faut continuer avec deux objectifs :

1- Aucune augmentation des taxes ou des impôts généraux sur les ménages dans le reste du quinquennat

  • Comme l’a rappelé le Premier Ministre, il ne doit plus y avoir de transfert de prélèvement des entreprises vers les ménages. Concernant le financement de la protection sociale, si une base de financement alternatif aux salaires est recherchée pour les cotisations patronales (retraites ou famille) alors la nouvelle assiette doit obligatoirement reposer sur les entreprises, tout en tenant compte des disparités de fiscalité existantes entre grandes et petites entreprises.
  • Les masses respectives de CSG salariale et de TVA rapportées au PIB doivent rester désormais inchangées dans le reste du quinquennat
  • Une fiscalité écologique non punitive mais vraiment incitative doit être mise en œuvre sur plusieurs années sans faire baisser le pouvoir d’achat à court terme.

2 – Redonner du pouvoir d’achat aux petits revenus en rendant l’impôt plus progressif

  • Rendre l’impôt progressif en limitant vraiment le cumul des avantages fiscaux par un élargissement de l’assiette des niches sous plafond.
  • Rendre la CSG progressive pour fusionner à terme avec l’IRPP
  • Revaloriser la décote pour redonner du pouvoir d’achat aux petits revenus notamment du travail